Élimination du trachome : accélérer les actions pour atteindre l’objectif de 2020

Alliance OMS pour l’élimination mondiale du trachome d’ici 2020
Scroll to next content

Avant-propos

Le trachome, principale cause infectieuse de cécité de par le monde, est au nombre des 18 maladies tropicales négligées (MTN) qui touchent plus d’un milliard de personnes parmi les populations les plus pauvres du monde.1

Le trachome est une infection bactérienne contagieuse de l’oeil se transmettant d’une personne à une autre au contact de mains et de linge contaminés2 et de mouches attirées par les yeux. Cette maladie se présente souvent durant la petite enfance. Elle s’aggrave du fait d’épisodes répétés d’inflammation qui génèrent des cicatrices à l’intérieur de la paupière. Les cils frottent sur le globe oculaire et l’écorchent. Étant donné que nous clignons des yeux environ 19 000 fois par jour3 un tel frottement répété cause des douleurs effroyables et provoque une cécité irréversible.

À l’heure actuelle, 1,9 million de personnes sont aveugles ou souffrent de déficiences visuelles modérées à graves imputables au trachome44 et quelques 200 millions de personnes vivent dans des régions d’endémie nécessitant des interventions.5 Selon les estimations, la maladie est à l’origine d’une perte de productivité annuelle pouvant atteindre 8 milliards de dollars (des États-Unis6 et son élimination coûtera environ 1 milliard de dollars.7

Bien qu’au cours des dernières années des progrès remarquables aient été réalisés, il reste encore beaucoup à faire, en particulier parce que l’élimination du trachome en tant que problème de santé publique ne peut être obtenue séparément, cette maladie étant indissociable de nombreux autres problèmes de santé et de développement très préoccupants, notamment l’impossibilité d’accès à une eau non contaminée et à de meilleurs services d’assainissement et d’hygiène. Le trachome et d’autres MTN coexistent souvent et ; nombre d’entre elles touchent les mêmes communautés et exigent des approches similaires de santé publique.8

En tant que membres d’une Alliance de différents partenaires partageant un même engagement et un même but : l’élimination du trachome, nous devons redoubler d’efforts, réunir d’urgence une coalition encore plus vaste de bailleurs de fonds et impliquer des partenaires techniques issus d’autres secteurs si nous voulons atteindre les objectifs d’élimination d’ici 2020.

Nous savons que nous sommes sur le point de réaliser quelque chose d’important. Le document intitulé Élimination du trachome, accélérer les actions pour atteindre l’objectif de 2020 est notre plan d’action. Ce document décrit dans les grandes lignes ce qui doit être accompli afin d’intensifier les programmes et renforcer les systèmes de santé pour faire en sorte que les populations les plus pauvres, celles qui sont le plus touchées par les MTN comme le trachome, ne restent pas laissées pour compte. Une chose cependant est claire, le maintien du statu quo ne nous aidera pas à atteindre la date butoir d’élimination.

Si vous n’êtes pas familier de la lutte contre le trachome, nous vous invitons à rejoindre cette communauté de santé mondiale unique et puissante qui travaille d’arrache-pied afin de reléguer cette terrible maladie dans le passé. Si vous vous êtes déjà investi dans notre travail, nous vous remercions de votre engagement indéfectible à nos côtés vers la réalisation de la cible GET2020.

Au nom de l’Alliance OMS pour l’élimination mondiale du trachome d’ici 2020

signatures

Dr Anthony Solomon, Médecin conseil pour le trachome, Organisation mondiale de la Santé

signatures

Dr Kesetebirhan Admasu, Ministre de la Santé, Éthiopie

signatures

Dr Astrid Bonfield CBE, Directrice générale, Fonds fiduciaire du jubilé de diamant de Sa Majesté la reine Elizabeth

signatures

Ms Virginia Sarah, Présidente, Coalition internationale pour la lutte contre le trachome

signatures

Dr Sheila West, Centre collaborateur pour la prévention de la cécité, Organisation mondiale de la Santé

Résumé analytique

Les personnes souffrant du trachome sont souvent des mères et des enfants qui, sans le savoir, transmettent l’infection chaque fois qu’ils s’étreignent ou se touchent. Shashetu, 25 ans, est une Éthiopienne mère de deux enfants. Pour gagner sa vie, elle fabrique des paniers qu’elle vend sur les marchés locaux. Elle subvient seule aux besoins de sa jeune famille, elle sait que si elle perd la vue, elle ne pourra ni travailler ni nourrir ses enfants. Le trachome menaçait de lui faire perdre son moyen de subsistance.

Scroll to next content

Résumé analytique

Le trachome touche des personnes vivant dans des communautés éloignées et rurales, souvent dans la pauvreté la plus totale. C’est l’une des maladies les plus injustes du monde, qui rend aveugles des personnes déjà démunies et les fait sombrer davantage dans la pauvreté.

Dans le monde, 200 millions de personnes sont exposées au risque de contracter le trachome,9 les femmes et les enfants étant les plus touchés et les femmes sont quatre fois plus susceptibles que les hommes d’avoir besoin d’une opération de la paupière.10 Le nombre de personnes aveugles ou souffrant d’une déficience visuelle s’élève à 1,9 million et 3,2 millions de personnes ont besoin d’une opération chirurgicale pour éviter la cécité causée par le trachome.

Depuis 201111 nous avons constaté des progrès considérables dans les activités stratégiques d’élimination du trachome : des partenariats de plus en plus nombreux ont attiré de nouvelles personnes, organisations et ressources ; une cartographie exhaustive nous a donné une image globale de la charge mondiale de la maladie et nous a permis de déterminer précisément les endroits où cibler les interventions des programmes ; des partenariats public-privé poursuivent leur expansion afin de répondre aux besoins et les laboratoires pharmaceutiques Pfizer a ont déjà fait don de plus de 500 millions de doses de l’antibiotique Zithromax® ; la recherche et la pratique sur le terrain ont amélioré la manière dont nous combattons la maladie et des économistes spécialisés dans le domaine de la santé ont calculé le coût de ces activités.

Bien que des progrès remarquables aient été réalisés ces dernières années, il reste encore beaucoup à faire et pour lutter efficacement contre le trachome dans les zones d’endémie trachomateuse, nous avons besoin de toute urgence :

  1. d’investissements ciblés afin de combler les lacunes restantes dans la progression mondiale, certains de ces fonds devant provenir du budget national des pays d’endémie ;
  2. d’un engagement pratique et coordonné d’un large éventail de partenaires techniques.

Pour réaliser nos objectifs, nous envisageons une approche plus consolidée de la lutte contre les MTN, afin de créer un avenir durable, et de réduire l’inégalité tout, en « n’oubliant personne ».

Bien que nous ne faisions que commencer à accumuler les preuves de notre succès grandissant, nous n’avons jamais été aussi près de réaliser un objectif aussi ambitieux. Alors que nous accélérons nos actions pour atteindre notre objectif de 2020, nous avons désormais une idée bien précise des endroits où sévit le trachome, de la façon de traiter cette maladie et de ce que cela coûtera.

Argument économique

L’élimination du trachome en tant que problème de santé publique d’ici 2020 est une initiative abordable, économiquement efficace et axée sur les populations pauvres.

La maladie a un effet dévastateur sur la vie des populations touchées, limitant l’accès à l’éducation et empêchant des hommes, des femmes et des enfants de travailler et de vivre pleinement. En mobilisant des centaines de millions de dollars sous forme de dons d’antibiotiques et d’investissements du secteur WASH (eau, assainissement et hygiène), il est possible d’améliorer sensiblement la qualité de vie des personnes vivant dans les pays d’endémie.

Le coût de l’élimination mondiale du trachome s’élève à environ 1 milliard de dollars12 dont 200 à 300 millions sont déjà engagés. Un milliard de dollars pour une maladie qui entraîne une perte de productivité annuelle estimée à 8 milliards.13

Un investissement dans la stratégie CHANCE (CHirurgie, Antibiothérapie, Nettoyage du visage et Changements de l’Environnement) et une coordination entre les programmes de lutte contre les MTN, permettront de prévenir la perte de « 4 millions d’années de vies en bonne santé d’ici 2030 ».14

Pour les investisseurs, l’élimination du trachome constitue une proposition simple et bon marché dotée de retours sur investissement considérables. Préserver la vue d’une personne atteinte de trichiasis trachomateux nécessite une simple opération chirurgicale de la paupière qui ne coûte en moyenne que 86 dollars environ et peut être pratiquée dans un centre de santé local. Les activités des programmes comprenant la distribution d’antibiotiques, l’éducation, un accès à l’eau et à l’assainissement ont un impact positif allant bien au-delà d’objectifs ultimes « propres au trachome ». Certains qualifient l’élimination du trachome « d’initiative offrant le meilleur rapport qualité-prix » en termes de développement.

Connaissances et portée

Le trachome survient dans certaines des zones les plus isolées du monde. Faute de savoir exactement où sévit la maladie, il n’est pas possible d’administrer les traitements nécessaires. Le projet de cartographie mondiale du trachome, la plus vaste enquête jamais entreprise au sujet d’une maladie infectieuse, a fourni des données d’excellente qualité sur la répartition des cas et a permis aux partenaires de définir des cibles et d’attribuer des ressources de manière plus stratégique dans les régions en ayant le plus besoin. Plus de 600 équipes d’agents ayant suivi une formation intensive et certifiés aptes à la codification et à l’enregistrement ont parcouru les régions les plus isolées de 29 pays sur une période de trois ans afin d’examiner 2,6 millions de personnes, soit en moyenne, une personne examinée toutes les 40 secondes. À l’issue du projet, 1 546 districts ont été cartographiés à l’aide des mêmes méthodes, procédures et systèmes, générant plus de 60 millions de données.

En conséquence, les ministères de la santé sont mieux équipés que jamais pour débarrasser leurs communautés du trachome à l’horizon 2020, laissant ainsi un héritage durable. Comprendre l’étendue géographique d’une maladie est essentiel pour lutter efficacement contre les MTN et représente une première étape en vue d’identifier des possibilités d’intégration. Bien que le projet de cartographie mondiale du trachome ait pris fin, la nouvelle initiative Tropical Data menée par l’OMS continuera de servir de base pour une cartographie de référence, des enquêtes d’impact et des enquêtes de surveillance de toutes les MTN et non pas seulement du trachome.

Les données issues du projet de cartographie mondiale du trachome ont déjà été utilisées pour planifier les interventions chirurgicales et améliorer l’accès à l’eau, l’assainissement et l’hygiène. Elles ont également été utilisées pour appuyer les demandes d’antibiotiques offerts par Pfizer. En 2014-2015, 319 nouveaux districts comptant une population totale de 43 millions de personnes ont été ajoutés au programme de dons. Étant donné le volume important de données actuellement en cours de traitement, le programme de dons de Pfizer s’attend à recevoir des dizaines d’autres demandes pour compléter les volets CH, N et CE de la stratégie CHANCE. Nous avons assisté au cours des dix dernières années à une intensification de ce programme et Pfizer continue de canaliser ses ressources en faveur de sa collaboration avec ses partenaires en vue de réaliser l’objectif d’élimination d’ici 2020.

Nombre total de doses de Zithromax® expédiées (par année), de 1999 à 2016 : tous les 2 ans

Nombre total de doses de Zithromax® expédiées (par année), de 1999 à 2016

Volonté politique

Pour la première fois, le programme des Nations unies pour un développement durable a incorporé les MTN dans le cadre mondial de développement (ODD 3.3), reconnaissant que la lutte contre les MTN était déterminante pour mettre fin au cercle vicieux de maladie et de pauvreté.

Un cercle vicieux de pauvreté et de maladie

Cycle vicieux de pauvreté et de maladie

L’élimination du trachome, maladie de l’inégalité, contribuera grandement à la réalisation d’au moins 9 des 17 objectifs de développement durable (ODD), sans que personne ne soit laissé pour compte :

  • Les ODD concernent tous les pays et les MTN, notamment le trachome, occupent une place unique permettant de garantir que des interventions ciblées de traitement atteignent les communautés les plus marginalisées et, ce faisant, deviennent d’excellents marqueurs du progrès pour n’oublier personne.
  • Les ODD mettent l’accent sur le handicap et les populations vulnérables et ont été définis sur la base du respect universel des droits de l’homme et de la dignité.15
  • Point important, l’ODD relatif à la santé (ODD 3) définit une vision élargie d’un monde où chacun bénéficie, d’un accès universel et équitable à des services de santé et de protections sociales de base (ODD 3.8).

Pour garantir une élimination durable, les programmes de lutte contre le trachome devront être complètement intégrés à des systèmes de santé nationaux renforcés, centrés sur le développement des capacités des agents de santé de terrain et des communautés, là où les besoins sont les plus importants.

Il est également déterminant d’investir dans le personnel de santé des pays en développement, tel qu’exigé dans la cible 3.12, pour intensifier tous les volets de la stratégie CHANCE. Il est urgent de disposer d’agents de santé mieux formés qui seront capables d’opérer les 3,2 millions de personnes en attente d’une opération chirurgicale du trichiasis.16

Reconnaissant qu’il est urgent de mener des actions coordonnées, la communauté de lutte contre le trachome s’est engagée à aider les gouvernements des pays d’endémie à assurer la programmation et à constituer les partenariats nécessaires à la mise en oeuvre de la stratégie CHANCE, à une échelle suffisante pour atteindre nos objectifs communs et ce, dans le cadre des mesures intégrées de lutte contre les MTN dans tous les ministères. La communauté s’est engagée également à démontrer l’impact des affectations budgétaires nationales sur la mise en place de ces mesures.

Partenariats

L’Alliance OMS pour l’élimination mondiale du trachome d’ici 2020 repose sur un partenariat entre divers intervenants résolument engagés et issus de multiples secteurs, misant sur leurs propres atouts afin de coordonner au mieux les mesures d’élimination. Outre cette collaboration à l’échelle mondiale, un certain nombre de groupes nationaux et régionaux ont uni leurs efforts pour faire face à des problèmes spécifiques tels que la formation à la chirurgie de la paupière, l’identification et la résolution de problèmes transfrontaliers et la préparation de demandes communes de financement.

L’élimination du trachome repose sur l’expansion de l’Alliance et sur la création réussie de nouveaux partenariats innovants.

En tant que membres de l’Alliance GET2020, nous possédons les aptitudes techniques pour les volets CH et A. Nous savons que le renforcement des capacités n’est pas une approche « unique ». Nous devons maintenant étendre le vivier de talents techniques et encourager de nouveaux partenaires à participer à des interventions sur mesure dans le domaine de l’hygiène et à investir dans les infrastructures des secteurs de l’eau et de l’assainissement pour les volets N et CE. Ces partenaires doivent aussi se joindre aux groupes nationaux de lutte contre le trachome et participer aux réunions organisées à l’échelon mondial.

L’intensification des programmes, le renforcement des systèmes de santé et l’aide aux personnes les plus pauvres nécessitent l’engagement de partenaires traditionnels et non traditionnels. Une coordination efficace entre divers secteurs offre de nombreux avantages. Cela permet surtout d’optimiser les ressources existantes pour réaliser des objectifs communs.

Leadership

Au cours des dernières années, rôle de chef de file assuré par l’OMS a permis de rendre plus visible la situation relative au trachome. Les pays à revenu faible ou moyen sont encouragés à investir davantage dans la lutte contre les MTN et à collaborer avec d’autres organisations et des agences du secteur WASH favorisant un programme global d’un meilleur rapport coût-efficacité qui met l’accent sur les priorités.

Il est important que les pays d’endémie trachomateuse aient accès aux directives les plus pertinentes et les plus récentes sur l’élimination du trachome et le soutien technique, au fur et à mesure des besoins et dans les langues appropriées. La réalisation de l’objectif d’élimination nécessite un large éventail de compétences et une expérience étendue. Une participation de l’ensemble du gouvernement est essentielle.

En regroupant les ministères de l’éducation, de la santé et des finances, les gouvernements peuvent assurer un financement sur les budgets nationaux, un rôle de chef de file, la planification à l’échelon national des programmes et de la surveillance post-traitement tout en formulant des normes locales, une législation, des indicateurs de progrès et des systèmes de surveillance adaptés en vue de mettre en oeuvre la stratégie CHANCE, partout où elle est nécessaire. Pour assurer une direction nationale efficace les gouvernements doivent se sentir véritablement parties prenantes du programme et y participer.

Le Soudan et l’Éthiopie ont réalisé des progrès considérables dans le domaine de l’élimination du trachome en s’assurant que des messages ciblés atteignent les enfants et leurs parents au moyen de programmes de santé scolaire et d’une documentation de formation des agents de santé. Au Soudan, une campagne de santé publique exhaustive vise une évolution des comportements dans les régions touchées par le trachome et 2 000 enseignants ont été formés afin d’animer un programme d’éducation sanitaire lié au trachome dans chaque école primaire et secondaire du pays. En Éthiopie, les femmes étant quatre fois plus susceptibles que les hommes d’avoir besoin d’une opération de la paupière du fait du trachome, les engager en qualité d’« agents du changement » aide à sensibiliser l’opinion publique sur les avantages offerts par le nettoyage du visage et la propreté de l’environnement, des éléments essentiels à une stratégie intégrée de lutte contre le trachome qui présente également une myriade d’autres avantages sanitaires pour les communautés pauvres et marginalisées.17

Vision

L’élimination de la cécité et des déficiences visuelles causées par le trachome est à portée de main. En novembre 2012, l’OMS a validé l’élimination du trachome à Oman. Six autres pays touchés auparavant par cette maladie ont déclaré avoir éliminé le trachome en tant que problème de santé publique : la Chine, la Gambie, le Ghana, l’Iran, le Maroc et le Myanmar.18

Ces pays et d’autres ayant terminé la phase de surveillance avant validation, devraient normalement préparer leur dossier de validation, conformément aux critères approuvés par l’OMS en juin 2016.19

À moins de quatre ans de l’objectif d’élimination, il nous faut prendre cette maladie de front. Des progrès récents résultant des efforts intensifs de nos partenaires nous ont permis de mieux délimiter les zones où sévit le trachome et de mieux comprendre comment traiter cette maladie et à quel coût. Pour ce faire, nous disposons des dons d’antibiotiques nécessaires. Il est urgent de mettre en oeuvre la stratégie CHANCE dans tous les pays d’endémie pour réduire la prévalence du trachome évolutif et du TT en-dessous des seuils d’élimination. En avril 2016, 144 districts dans 16 pays (soit au total plus de 16 millions de personnes à risque) étaient touchés par le trachome sans qu’aucune campagne de traitement n’ait été programmée.

144 districts dans 16 pays ont besoin d’interventions urgentes

Bien que les défis ne soient pas négligeables, nous sommes mieux placés que jamais pour les surmonter : grâce à des actions coordonnées afin de cibler les priorités, nous pouvons éliminer le trachome en tant que problème de santé publique avant fin 2020.

Ce qu’il faut faire

En décembre 2012, Bigiltuu, une jeune éthiopienne de 5 ans, a été la première à être examinée dans le cadre du projet de cartographie mondiale du trachome.

Scroll to next content

Comprendre la charge mondiale

En 2016, à moins de quatre ans de l’objectif de 2020, nous nous trouvons à une étape cruciale de nos activités communes d’élimination du trachome en tant que problème de santé publique.

Grâce à une meilleure compréhension de la charge de la maladie et aux mesures prises pour s’y attaquer directement, le nombre de personne risquant de contracter le trachome est passé de 325 millions en 2011 à environ 200 millions au début de 2016.

Nos connaissances continuent de s’étoffer et nous pouvons modifier progressivement les projections au fur et à mesure que nous disposons d’un plus grand nombre de données.

L’endémicité du trachome

Cette carte montre l’endémicité du trachome dans chaque pays, telle qu’indiquée dans l’Observatoire de la santé mondiale. Pour de plus amples détails et pour consulter les cartes de prévalence au niveau du district, rendez vous sur le site www.trachomaatlas.org

Carte montrant le profil global actuel du trachome

Plus de 60% des cas en attente d'une intervention chirurgicale se trouvent dans 6 pays

200,1 millions – de personnes ayant besoin d'antibiotiques pour traiter l'infection 
 3,2 millions - de personnes ont besoin d'une intervention chirurgicale
 Jusqu'à 4 fois – plus de femmes que d'hommes atteintes de trichiasis
 Jusqu'à 8 milliards USD – estimation de la perte annuelle de productivité due au trachome
 Environ 1 milliard $ pour éliminer le trachome
 investissements supplémentaires estimés US $ 258 des secteurs WASH
 0,27centimes USD par dose pour distribuer l'antibiotique Zithromax® offert
Plus de 500 millions de traitements offerts depuis 1999

Intensification des actions pour déployer à plus grande échelle la stratégie CHANCE

Pour combattre le trachome, l’OMS a adopté une série d’interventions programmatiques mieux connue sous le nom de « stratégie CHANCE ». Les quatre volets de cette stratégie forment la base de l’action entreprise en vue d’éliminer la maladie et doivent être mis en oeuvre conjointement pour assurer la réussite d’un programme de lutte contre le trachome.

Nous savons que chaque pays fait face à des besoins et des obstacles qui lui sont propres et tous ne disposent pas du budget de santé nécessaire pour financer l’élimination du trachome. Il est par contre extrêmement important que les gouvernements nationaux s’approprient de tels programmes et prennent l’initiative pour financer, promouvoir et gérer leurs propres plans d’élimination. Par exemple, en créant un plan national d’action contre le trachome, en adaptant les « meilleures pratiques » pour les faire adopter par le programme national, en utilisant les outils/ ressources didactiques tirés des expériences sur le terrain ainsi qu’une liste d’équipements standard pour renforcer la capacité et soutenir une mise en oeuvre efficace de la stratégie CHANCE.

Avec 144 districts dans 16 pays qui n’ont pas encore commencé à mettre en oeuvre une distribution d’antibiotiques pour traiter l’infection sur l’ensemble de la communauté, et 200 millions de personnes dans le monde vivant dans des zones où elles sont exposées au trachome, il est fondamental de déployer la stratégie CHANCE à plus grande échelle.

Des besoins et des obstacles de la CHANCE; CHirurgie, Antibiotiques, Nettoyage du visage, Changements environnementaux

Chaque pays d’endémie peut tirer parti de l’expérience acquise par d’autres et partager les enseignements. Les pays en voie de réaliser l’objectif d’élimination présentent plusieurs caractéristiques communes :

  • Une mise en oeuvre coordonnée de la stratégie CHANCE dans chaque district d’endémie.
  • Un programme d’élimination mené par le pays auquel participe la communauté au sens large.
  • Une coordination avec des partenariats.
  • Un financement externe fiable et un budget national et/ou des engagements à apporter des ressources.
  • Des messages clairs et cohérents à l’intention ou de la part des intervenants.

Transformation en action L’Éthiopie sur le devant de la scène

Carte de l'Afrique , montrant l'Ethiopie

En Éthiopie, plus de 75 millions de personnes vivent dans des régions d’endémie trachomateuse, soit le nombre le plus important comparé à tout autre pays du monde.20 Plus de 693 000 personnes sont en attente d’une opération de la paupière dont elles ont besoin de toute urgence pour prévenir la cécité. Là encore, ce nombre est plus élevé que dans tout autre pays du monde.21

Ces dernières années, cependant on a assisté à de profonds changements dans la réponse de ce pays au problème posé par le trachome. L’Éthiopie est désormais considérée comme un exemple à suivre de ce qui peut être réalisé grâce à une ferme direction nationale, un soutien coordonné des partenaires et l’exploitation de ressources techniques pour éliminer le trachome.

En 2012, l’Éthiopie a lancé son premier plan d’action contre le trachome élaboré en consultation avec le secteur WASH, des ONG et des gouvernements locaux et régionaux. Les dirigeants du pays savaient que le trachome était prévalent dans la région d’Amhara et des programmes de grande envergure étaient déjà en place pour lutter contre la maladie. Cependant, comme les cartes ci-dessous le montrent, la charge de la maladie au niveau du district demeurait inconnue dans une grande partie du pays.

Plus tard la même année, le pays a lancé le projet de cartographie mondiale du trachome. Ce projet unique et ambitieux a révélé que dans plus de 90 % des districts d’Éthiopie, le trachome atteignait des niveaux nécessitant une intervention de santé publique.

Il fallait intensifier les interventions pour s’attaquer au problème et en 2013, le plan d’action national contre le trachome était incorporé au Plan directeur du gouvernement contre les maladies tropicales négligées. Un groupe de travail a également été créé pour coordonner les mesures de lutte contre les huit MTN prioritaires en Éthiopie. Ce plan préconisait une expansion importante de la stratégie CHANCE et l’ajout de deux membres du personnel spécialisés dans la lutte contre le trachome au groupe de travail.

Le nombre de personnes ayant accès à une eau potable en Éthiopie a triplé depuis 1990 et 48 000 agents communautaires de vulgarisation sanitaire ont été chargés dans tout le pays de la promotion de l’hygiène et du recours aux latrines.22

Cependant, on estime à 71 millions le nombre de personnes n’ayant toujours pas accès à des installations d’assainissement approprié es et plus de 42 millions de personnes se trouvent sans eau potable.23 Faute d’investissements ciblés dans le secteur WASH, ces personnes et des communautés toutes entières encourent un risque évitable de cécité causée par le trachome.

La charge du trachome en Éthiopie : Prévalence et besoin d’une intervention en 2012 et 2016

Comparaison de la charge du trachome en Ethiopie 2012, 2016www.trachomaatlas.org

A l’avant-garde

En 2013, l’Éthiopie a lancé son ambitieux programme national intitulé « One WASH », réunissant ministères et partenaires du développement afin de fournir un accès universel à l’eau et à des installations d’assainissement d’ici 2020. Bien que ce soutien puisse se révéler insuffisant pour traiter chaque communauté, cette initiative offre des occasions de plus grande collaboration entre secteurs afin de réaliser les objectifs communs de meilleure santé et de prospérité pour les populations les plus pauvres d’Éthiopie.

Des sommes considérables ont été investies pour favoriser l’élimination du trachome et intégrer les activités de la stratégie CHANCE au sein d’un programme plus large de santé et de développement. En 2014, le ministre fédéral de la Santé a annoncé un financement accéléré pour opérer plus de 792 705 patients en attente d’une opération chirurgicale du TT avant fin 2016.24

L’initiative vise à former 1 117 agents de soins oculaires intégrés à la pratique chirurgicale, à former 17 000 agents de vulgarisation sanitaire pour qu’ils puissent identifier et orienter les cas de trichiasis et à installer 50 équipes chirurgicales itinérantes.25

Depuis le lancement du projet pilote, 490 agents intégrés de soins oculaires dans des postes fixes et six équipes mobiles ont commencé à pratiquer des opérations chirurgicales du trichiasis.26 L’Éthiopie s’apprête désormais à étendre l’initiative a tout à le pays et à cette fin, a engagé des fonds gouvernementaux supplémentaires à hauteur de 1,7 million de dollars.27

Le pays a non seulement centré ses actions sur l’élimination du trachome mais des mesures créatives pour intégrer la maladie à d’autres programmes prioritaires ont permis à l’Éthiopie de fournir un traitement antibiotique et d’autres mesures à une grande majorité de la population à risque dans le but de réduire la transmission de l’infection.

Au cours des prochaines années, le défi pour l’Éthiopie consistera à combler les lacunes constatées dans la couverture de la stratégie CHANCE dans les régions, notamment la région Somali et la région des nations, nationalités et peuples du Sud, et à encourager un changement de comportements dans les communautés éloignées au moyen d’une plus grande collaboration entre secteurs.

Le pays compte atteindre en 2016 une couverture remarquable de 84 % des districts d’endémie par des opérations chirurgicales et la distribution d’antibiotiques. Grâce aux investissements dans les secteurs de l’eau et de l’assainissement et à une collaboration croissante entre la communauté de lutte contre le trachome et le secteur WASH, 70 % des districts d’endémie en Éthiopie disposent déjà de plans d’application de la stratégie CHANCE dans son intégralité.

Élimination du trachome et ODD

Des élèves de l’école primaire de Kalenyang dans le village de Naremit, au Kenya, se lavent les mains et le visage à un poste d’eau communal dans le cadre des activités scolaires de prévention du trachome

Scroll to next content

Trachome – élimination et objectifs de développement durable

À l’approche de 2020, nous devons mettre la barre plus haut pour souligner l’importance du trachome parmi d’autres problèmes mondiaux.

L’élimination du trachome en 2020 contribuera grandement à réaliser au moins 9 des 17 objectifs de développement durable, appuyés par un engagement à mettre fin à l’extrême pauvreté sans oublier personne.

  1. « Dans les endroits où sévissent les MTN, sévissent aussi la pauvreté, la faim, l’absentéisme scolaire et la vulnérabilité à l’environnement. »

    Christopher Fitzpatrick, Économiste de la santé, Organisation mondiale de la Santé
  2. « L’humanité joue son avenir dans sa capacité à répondre à la faim et à la soif de ses frères... Voilà pourquoi, je souhaite que la lutte pour éradiquer la faim et la soif de nos frères et avec nos frères continue de nous interpeller ; qu’elle nous interpelle afin que nous cherchions avec un esprit créatif des solutions de changement et de transformation. »

    Pape François
  3. « De bonnes pratiques et des mesures de renforcement des capacités fournissent des éléments bien nécessaires aux gestionnaires de programmes de lutte contre le trachome afin d’assurer la prestation d’un service de qualité dont les avantages vont au-delà de la lutte contre le trachome et contribuent au renforcement de l’ensemble du système de santé. »

    Amir Bedri, Conseiller principal, Light for the World
  4. « Il faut intervenir de toute urgence à cause du nombre sans précédent d’enfants concernés… Ces jeunes se trouvent dans l’impossibilité d’aller à l’école et il s’agit d’une crise mondiale à part entière qui hantera le monde pour des générations à venir. »

    Gordon Brown, Envoyé spécial de l’ONU pour l’éducation mondiale
  5. « Pour y arriver, nous avons besoin de programmes inclusifs sur initiative communautaire qui libèrent chacun du trachome, mais qui ciblent aussi spécifiquement et délibérément les femmes et les filles. »

    Jimmy Carter, ancien Président des États-Unis
  6. « Chaque jour, plus de 800 enfants meurent de maladies provoquées par une eau de mauvaise qualité et le manque d’installations sanitaires et d’hygiène, le problème est donc urgent. »

    Kevin Rudd, Président, Sanitation and Water for All
  7. « Les MTN sont des maladies de la pauvreté, elles touchent non seulement les plus pauvres au sein de sociétés en développement, elles enferment aussi ces populations dans la pauvreté et les empêchent de s’investir dans une vie productive. »

    Angela Weaver, Conseillère technique principale, USAID
  8. « …Grâce aux progrès réalisés dans le domaine des cartes numériques qui montrent les endroits où les maladies sont les plus fréquentes, nous assisterons aux derniers cas de maladies telles que l’éléphantiasis, la cécité des rivières et le trachome, qui handicapent des dizaines de millions de personnes dans les pays pauvres. Nous pensons que les personnes peuvent travailler ensemble pour faire du monde un lieu plus équitable. En fait, nous parions sur cette idée. »

    Bill et Melinda Gates
  9. « Bien que je sois satisfait que Pfizer ait effectué ce don inédit et continuera de faire don des médicaments, je suis tout aussi ravi que nous ne soyons pas les seuls à oeuvrer pour la réalisation de l’objectif d’élimination. Ensemble, nous mettons en valeur le pouvoir de la collaboration entre organisations du secteur public et privé. »

    Ian C Read, PDG, Pfizer

En n’oubliant personne – rencontrez les personnes au-delà des statistiques

« Je pensais qu’un jour, je deviendrais aveugle. »

Azmera

Au cours des 6 dernières années, Azmera, 25 ans, souffrait des douleurs constantes causées par le trachome. « Je pensais qu’un jour, je deviendrais aveugle », a déclaré Azmera. « Je vais maintenant travailler et vivre ma vie et je peux mieux m’occuper de mes enfants. » Habituellement, le trachome touche la paupière supérieure, mais dans le cas d’Azmera, c’est la paupière inférieure qui était touchée.

« Je souffrais de sensations douloureuses de brûlures et de picotements dans les deux yeux, et versais beaucoup de larmes, comme si j’avais toujours quelque chose dans les yeux. »

Abdul-Rahman

Le chef Abdul-Rahman souffrait du trichiasis dans les deux yeux. Il devenait petit à petit aveugle, et cette cécité aurait pu devenir irréversible. On lui a dit qu’il pouvait subir une opération pour mettre fin à ses douleurs. « Je souffrais de sensations douloureuses de brûlures et de picotements dans les deux yeux, et versais beaucoup de larmes, comme si j’avais toujours quelque chose dans les yeux. J’étais très content d’avoir trouvé une solution. Mes yeux vont beaucoup mieux maintenant. »

« Je peux maintenant traire mes deux vaches, aller chercher du bois et cuisiner pour ma merveilleuse petite-fille. »

Cheposera (à droite)

Pendant huit mois, Adiyo, 14 ans (à gauche), a fabriqué et vendu des colliers pour payer les frais de transport pour emmener sa grand-mère à la clinique. « Ma grand-mère avait changé, elle devenait aveugle, je devais presque tout faire pour elle, » déclare Adiyo. « Avant l’opération, je devais attendre que ma petite-fille soit rentrée pour m’épiler les cils », explique Cheposera, veuve et mère de 11 enfants, grand-mère de 18 petits-enfants et arrière-grand-mère de 17 arrière-petits-enfants.

Awa a déclaré qu’elle se sentait déjà mieux et qu’elle allait chercher un nouveau mari !

Les sœurs Awa (à gauche) et Arame (à droite) Ndiaye ont toutes les deux subi une opération du trichiasis de quinze minutes, la même après-midi. Les deux sœurs sont veuves et il leur était difficile de s’acquitter des tâches domestiques avec une vue limitée et des douleurs constantes, mais Awa a déclaré qu’elle se sentait déjà mieux et qu’elle allait chercher un nouveau mari !

Plan d’action

Les docteurs Michael Samal et Maurice Oduor, tous les deux chirurgiens ophtalmologistes originaires du Kenya, prodiguent des opérations du trachome, bien souvent sous un arbre ou dans une école. Le Dr Oduor explique : « Ma vision en qualité de chirurgien ophtalmologiste est d’accomplir quelque chose d’unique dans mon pays dont je puisse être fier. »

Scroll to next content

Plan d’action

Lors de la réunion d’avril 2016, reconnaissant le besoin urgent d’une action coordonnée pour progresser vers les objectifs de l’Alliance GET2020, les membres de l’Alliance de l’OMS pour l’élimination mondiale du trachome d’ici 2020 ont adopté ces engagements par acclamation.

Toutes les parties
Nous collaborons afin de réaliser l’objectif GET2020 car ensemble nous pouvons faire plus. Nos engagements
  • Promotion de l’élimination du trachome dans le contexte d’une couverture sanitaire universelle et comme indication de l’atténuation de la pauvreté dans le cadre des objectifs de développement durable.
  • Plus grande adhésion nationale et développement des partenariats pour soutenir les mesures d’élimination.
  • Recours aux données les plus récentes pour appuyer les plans d’élimination, les supports promotionnels et les propositions de financement ; et mise à jour de toutes les sources d’information pertinentes.
  • Recours à la technologie dans la mesure du possible, afin d’améliorer l’efficacité des mesures d’élimination et la reproductibilité des données.
  • Partage des nouvelles données et de l’expérience pour appuyer les pratiques existantes et ajuster les priorités en fonction des besoins pour parvenir à l’élimination.
  • Soutien à l’élaboration d’un dossier de validation, lorsque demandé.
Organisation mondiale de la Santé
Nous fournissons un soutien technique pour l’élimination du trachome. Nos engagements
  • Revue du modèle de dossier suite à l’expérience marocaine, et finalisation des modes opératoires normalisés pour l’examen des dossiers et la validation de l’élimination.
  • Soutien à l’élaboration du dossier pour les pays déclarant avoir éliminé le trachome.
  • Confirmation que des pays ont éliminé le trachome en tant que problème de santé publique.
  • Encadrement du dialogue sur le financement de la lutte contre les MTN et publication des arguments économiques en faveur de l’élimination du trachome.
  • Participation des bureaux de pays de l’OMS pour influencer les ministères concernés des États membres d’endémie trachomateuse.
  • Aide aux réunions de l’Alliance OMS pour l’élimination mondiale du trachome d’ici 2020.
  • Assistance à la tenue à jour et à l’actualisation de la base de données de l’Alliance OMS pour GET2020.
  • Mise à jour des lignes directrices de l’OMS relatives au trachome, le cas échéant, et contribution à l’élaboration d’outils de mise en oeuvre.
  • Formalisation du Réseau des centres collaborateurs de l’OMS pour le trachome et contribution à la recherche opérationnelle, selon le cas.
  • Encadrement de la normalisation des enquêtes d’impact et des enquêtes de surveillance, au moyen de la plate-forme Tropical Data dirigée par l’OMS.
  • Contribution aux mesures déployées en vue du renforcement des capacités.
Gouvernements des pays d’endémie
Nous créons un environnement durable et favorable à l’élimination du trachome en tant que problème de santé publique. Nos engagements
  • Veiller à ce que l’engagement politique en faveur de l’élimination s’étende des décideurs aux communautés dans le besoin.
  • Augmenter le financement national pour ces initiatives, comme investissement dans un système de santé robuste et opérationnel.
  • Rassembler les principaux décideurs des ministères de la santé, l’éducation, du secteur WASH et des finances ; avec les donateurs et les partenaires de mise en oeuvre pour une meilleure intégration des mesures d’élimination.
  • Appliquer la stratégie mondiale de l’OMS « L’eau, l’assainissement et l’hygiène pour accélérer et pérenniser les progrès dans la lutte contre les maladies tropicales négligées » afin d’optimiser l’intégration des interventions WASH et de lutte contre le trachome.
  • Intégrer des pratiques d’hygiène ciblées s’inscrivant dans les mesures d’élimination du trachome dans le cursus scolaire relatif à la santé et les modules de formation des agents de santé.
  • Collaborer avec les pays frontaliers pour relever les défis courants liés au trachome, particulièrement dans les régions transfrontalières.
Donateur des secteurs privé et public
Nous investissons dans un soutien supplémentaire et recrutons des partenaires supplémentaires pour l’élimination du trachome. Nos engagements
  • Réaffirmer nos engagements vis-à-vis de la mise en oeuvre, de la recherche et du don de médicaments.
  • Créer un groupe de coordination des donateurs qui se réunit presque chaque trimestre afin de passer en revue les calendriers et activités, discuter des priorités à long terme et identifier les possibilités d’une meilleure coordination des activités de plaidoyer et de financement, appuyés par les contributions d’autres partenaires au sein de l’Alliance.
  • Soutenir l’Alliance dans le cadre du développement de nouveaux partenariats et initiatives pour progresser vers les objectifs de l’Alliance GET2020.
  • Envisager l’élaboration d’une stratégie de plaidoyer coordonnée et proactive pour aider à accroître la visibilité de l’Alliance et attirer de nouveaux donateurs et partenaires.
  • Reconnaître l’importance du financement national, se tenir prêts à soutenir les initiatives du pays.
ONG et partenaires de mise en œuvre
Nous soutenons les gouvernements des pays d’endémie dans le cadre de l’élimination du trachome. Nos engagements
  • Soutien à la tenue à jour et à l’actualisation des estimations du coût de mise en oeuvre de la stratégie CHANCE dans le monde.
  • Hiérarchiser les activités de mobilisation stratégique des ressources et de mise en oeuvre de la stratégie CHANCE dans toutes les régions enregistrant une prévalence du TF égale ou supérieure à 30 % chez les enfants de 1 à 9 ans ayant besoin d’une intervention.
  • Soutien à la mise en oeuvre d’opérations chirurgicales du TT de haute qualité, en ayant recours à la technologie pour effectuer un suivi des cas et de l’adoption de protocoles pour une supervision chirurgicale.
  • Travail de collaboration pour cibler les mesures dans les régions où la mise en oeuvre des volets A, N et CE laisse à désirer, au moyen notamment d’une sensibilisation sur les outils disponibles pour appuyer la prise de décision, d’un renforcement de la planification des AMM pour une meilleure couverture et d’une coordination des activités d’expansion pour assurer la disponibilité d’un volume maximal de médicaments et impliquer les partenaires du secteur WASH.
  • Se tenir prêts à aider les pays à préparer et à déposer auprès de l’OMS leurs dossiers de validation de l’élimination du trachome.
Institutions universitaires et de recherche
Nous donnons la priorité aux lacunes dans les connaissances en vue de surmonter les obstacles à l’élimination du trachome. Nos engagements
  • Faciliter la tenue annuelle de l’atelier scientifique informel sur le trachome.
  • Élaborer et maintenir un forum de discussion sur les orientations stratégiques de la recherche sur le trachome.
  • Collaborer avec les ministères de la santé dans les pays d’endémie et d’autres parties prenantes pour entreprendre la recherche, publier, présenter et diffuser les résultats afin d’accélérer la réalisation des objectifs et de valider l’élimination mondiale du trachome. L’accent devrait être mis sur les éléments de recherche au sein de programmes d’élimination à grande échelle, dans le cadre d’investigations multicentriques portant sur des questions essentielles relatives à l’efficacité de diverses interventions.
  • Créer une capacité scientifique dans les pays d’endémie où une recherche est menée.

Données GET2020

Shashetu a désormais subi l’opération du trichiasis dont elle avait désespérément besoin et ses enfants ont reçu un antibiotique afin de briser le cercle vicieux de réinfection.

Scroll to next content

Données GET2020

Aperçu de l’épidémiologie

todo

Trachome confirmé nécessitant
des interventions de santé publique
Trachome suspecté comme étant un problème de santé publique1,3
Nécessitant des interventions dans le volet CH Nécessitant des interventions dans les volets A, N et CE Nécessitant des interventions dans les volets CH et/ou A, N et CE2
Pays Nombre de districts dans le pays Population totale dans le pays Districts Opérations du trichiasis en retard (nombre de personnes) Districts Population dans ces districts Districts Districts Population dans ces districts
Afghanistan1 398 32,561,285 Statut incertain 83,100 Statut incertain 25 2,559,392
Algérie 1,546 40,633,474 Statut incertain 86,700 Statut incertain Statut incertain
Angola 163 22,817,833 Statut incertain Statut incertain
Australie 26 22,751,014 1,100 5 15,219 5 0 0
Bénin 77 10,882,190 19 11,782 8 663,711 19 0 0
Botswana 26 2,056,375 0 0 0 0 0 0 0
Brésil 5,570 195,198,833 58,000 37 2,183,430 37 0 0
Burkina Faso 63 17,914,677 39 35,352 17 4,543,925 43 0 0
Burundi 45 10,803,141 0 0 11 2,293,534 11 0 0
Cambodge2 185 14,335,302 1 4,999 0 0 1 0 0
Cameroun 181 23,393,087 17 12,012 15 2,170,239 21 0 0
République centrafricaine1 17 4,803,476 7 11,890 8 2,021,778 8 7 1,530,830
Tchad1 62 13,605,628 46 66,459 33 6,777,417 49 2 159,150
Chine 333 1,342,564,066 0 0 0 0 0 0 0
Colombie 1,102 46,347,916 15 90 30 139,305 30 33 411,049
Congo 86 4,673,929 0 0 0 0 0 0 0
Côte d’Ivoire 82 21,301,139 2 1,908 9 1,890,060 9 0 0
République démocratique du Congo1 515 71,277,131 29 31,277 18 3,011,531 29 16 2,210,617
Djibouti 11 859,303 75 0 0 0 0 0
Égypte 342 84,705,380 4 207,822 4 1,115,530 4 29 10,911,891
Érythrée1 58 6,719,043 27 45,851 22 1,428,291 33 3 89,552
Éthiopie1 825 98,959,759 655 693,037 654 75,679,775 708 22 1,024,367
Fidji 4 898,821 0 0 4 898,821 4 0 0
Gambie 41 1,970,081 0 0 0 0 0 0 0
Ghana2 216 26,984,329 6 2,507 0 0 6 0 0
Guatemala 338 14,651,125 2 988 2 116,582 2 0 0
Guinée 38 12,344,113 19 29,825 18 5,834,024 22 0 0
Guinée-Bissau 11 1,787,793 11 21,255 8 1,266,847 11 0 0
Inde 683 1,203,547,658 Statut incertain 443,000 Statut incertain 9 15,198,038
Iran (République islamique de) 31 81,824,270 0 0 0 0 0 0 0
Iraq1 120 37,056,169 Statut incertain 43,900 Statut incertain 18 5,468,418
Kenya1 72 46,134,818 21 76,264 21 5,942,339 23 4 743,966
Kiribati 24 115,077 1 69 24 115,077 24 0 0
République démocratique populaire lao 144 6,267,370 0 630 0 0 0 0 0
Lybie 22 6,317,080 Statut incertain 33,400 Statut incertain Statut incertain
Malawi 41 17,307,466 12 16,313 17 11,673,207 19 0 0
Mali 56 16,254,687 49 13,852 10 978,391 53 0 0
Mauritanie 45 4,080,522 14 2,828 9 224,323 16 0 0
Mexique 2,438 118,617,773 0 0 0 0 0 0 0
Maroc 75 33,955,158 0 0 0 0 0 0 0
Mozambique 148 27,100,272 37 18,913 50 7,374,821 59 0 0
Myanmar 67 47,556,698 65,800 0 0 0 0 0
Namibie 121 2,391,867 Statut incertain 0 0
Nauru 14 7,077 Statut incertain 0 0
Népal 75 30,367,879 15 49,143 1 245,717 16 0 0
Niger 63 19,269,034 32 116,086 19 6,568,845 32 0 0
Nigeria1 774 183,520,388 216 362,959 105 19,999,010 241 48 7,960,812
Oman 61 3,286,936 600 0 0 0 0 0
Pakistan1 149 177,305,842 13 48,881 9 3,074,598 21 16 4,908,029
Papouasie-Nouvelle-Guinée2,3 87 6,807,403 1 156 5 924,650 5 2 121,647
Pérou 195 29,898,819 Statut incertain Statut incertain
Sénégal 78 14,965,847 42 71,975 27 4,845,365 50 0 0
Îles Salomon 46 531,836 59 46 531,836 46 0 0
Somalie1 90 11,120,105 Statut incertain 10,300 Statut incertain 12 2,400,000
Soudan du Sud1 79 11,927,328 18 81,093 24 2,433,069 29 35 3,808,049
Soudan1 151 39,800,390 80 71,765 28 5,577,495 84 13 1,649,820
Timor-Leste 62 1,300,843 Statut incertain Statut incertain
Togo 30 7,170,797 2 579 0 0 2 0 0
Ouganda 112 40,104,504 34 101,162 21 5,711,138 39 0 0
République unie de Tanzanie 176 52,248,782 64 77,600 19 4,726,008 67 0 0
Vanuatu 64 266,041 0 48 64 266,041 64 0 0
Venezuela (République bolivarienne de) 338 23,946,759 Statut incertain Statut incertain
Vietnam 663 87,308,008 100,000 0 0 0 0 0
Yémen1 333 26,737,317 33 5,821 31 1,939,180 58 38 709,394
Zambie 105 15,522,251 4 5,465 22 2,990,824 24 78 11,365,450
Zimbabwe 61 15,050,336 10 6,765 11 1,911,091 13 6 969,787

Télécharger en format PDF

Source : Base de données de l’Alliance OMS pour GET2020, au 1er mars 2016

  1. Non protégé (pays suivi du nombre de districts) : Afghanistan (25), République centrafricaine (7), Tchad (2), République démocratique du Congo (16), Érythrée (3), Éthiopie (22), Iraq (18), Kenya (4), Nigeria (48), Pakistan (16), Somalie (12), Soudan du Sud (35), Soudan (13) et Yémen (38).
  2. Évaluation supplémentaire en cours (pays suivi du nombre de districts) : Cambodge (1), Ghana (6), Papouasie-Nouvelle-Guinée (1).
  3. En instance d’approbation (pays suivi du nombre de districts) : Papouasie-Nouvelle-Guinée (1).

Terminologie

Système de codage du trachome de l’Organisation mondiale de la Santé

OMS système de classement du trachome simplifié

Source: www.who.int

Alliance OMS pour GET2020

Site Internet de l’Alliance pour l’élimination mondiale du trachome d’ici 2020 : www.who.int/trachoma/partnership

AMM

Administration médicamenteuse de masse

Cartographie de référence

Enquêtes menées en population afin de déterminer la présence du trachome au sein d’une population identifiée, en général un district.

CHANCE

La stratégie recommandée par l’OMS dans le but d’éliminer le trachome en tant que problème de santé publique, alliant la chirurgie du trichiasis (cils retournés), l’antibiothérapie, le nettoyage du visage et les changements environnementaux.

District

L’unité administrative habituelle pour la prise en charge des soins de santé qui, aux fins de clarification, contient en général une population de 100 000 à 250 000 habitants.

Élimination

On entend par élimination en tant que problème de santé publique la réalisation de cibles mesurables établies par l’OMS en relation avec une maladie donnée. Dans le cas du trachome, ces cibles comprennent une réduction de la prévalence du trichiasis trachomateux (inversion des cils) inconnue du système de santé à <1 par 1 000 personnes de la population totale et une réduction de la prévalence du trachome actif chez les enfants de 1 à 9 ans à <5 %, dans chaque district auparavant d’endémie.

Endémicité

Le fait d’être endémique (c’est-à-dire, la présence quasi permanente d’une maladie au sein d’une population donnée).

GTMP

Le projet de cartographie mondiale du trachome, une initiative ayant permis de mener, entre 2012 et 2015, des enquêtes en population de prévalence du trachome dans 1 627 districts dans 29 pays, site Internet : www.sightsavers.org/gtmp/

ICTC

La coalition internationale pour la lutte contre le trachome, un groupe d’organisations non gouvernementales, de donateurs, de sociétés privées et d’institutions universitaires, oeuvrant ensemble en soutien à l’Alliance OMS pour GET2020, site Internet : www.trachomacoalition.org

MTN

Maladies tropicales négligées, un groupe de plusieurs maladies que l’on retrouve dans les milieux tropicaux et sous-tropicaux dans 149 pays du monde entier.

ODD

Le programme des Nations unies pour un développement durable d’ici 2030 comprend 17 objectifs de développement durable axés sur des engagements visant à mettre fin à la pauvreté et à guider la politique et le financement pour réaliser l’objectif de 2030.

OMS

Site Internet de l’Organisation mondiale de la Santé : www.who.int/

ONG

Organisation non gouvernementale

Prévalence

Proportion d’une population touchée par une maladie à un moment donné.

Trachoma Atlas

L’atlas mondial du trachome est une ressource en accès libre illustrant la répartition géographique du trachome, site Internet : www.trachomaatlas.org/

Trachome

Le trachome est la principale cause infectieuse de cécité au monde et est au nombre des maladies tropicales négligées touchant plus d’un milliard des personnes les plus pauvres du monde, site Internet : www.who.int/trachoma

TAP

Plan d’action contre le trachome, un outil de planification par étapes, doté de ressources de soutien, à l’intention des responsables de la planification nationale dans le but de réaliser l’objectif d’élimination du trachome à l’aide de la stratégie CHANCE, site Internet : www.trachomacoalition.org/TAP-planning

Validation

Justification approuvée de l’élimination d’une maladie en tant que problème de santé publique.

WASH

Eau, assainissement et hygiène

Zithromax®

Nom commercial de l’antibiotique azithromycine, produit par Pfizer et utilisé pour mettre en œuvre le volet « A » de la stratégie CHANCE.

Références

  1. World Health Organization. (2016). World Health Organization. [en ligne] Disponible au lien suivant : http://www.who.int/neglected_diseases/diseases/en/ [Consulté le 22 mars 2016].
  2. World Health Organization. (2016). Trachome cécitant. [en ligne] Disponible au lien suivant : http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs382/en/ [Consulté le 22 mars 2016].
  3. The Huffington Post. (2012). Why Do We Blink So Much?. [en ligne] Disponible au lien suivant : http://www.huffingtonpost.com/2012/12/30/why-do-we-blink-so-much-mental-rest_n_2377720.html [Consulté le 22 mars 2016].
  4. B Bourne, R., Stevens, G., White, R., Smith, J., Flaxman, S., Price, H., Jonas, J., Keeffe, J., Leasher, J., Naidoo, K., Pesudovs, K., Resnikoff, S. and Taylor, H. (2013). Causes of vision loss worldwide, 1990–2010: a systematic analysis. The Lancet Global Health, 1(6), pp.e339-e349.
  5. Alliance OMS pour GET2020. (2016). Base de données de l’Alliance OMS pour GET2020.
  6. Frick KD, Hanson CL, Jacobson GA. (2003). Global burden of trachoma and economics of the disease. The American Journal of Tropical Medicine and Hygiene, [en ligne] 69(5 suppl 1), pp.1-10. Available at: http://www.ajtmh.org/content/69/5_suppl_1/1.long [Consulté le 24 juin 2016].
  7. The International Coalition for Trachoma Control (ICTC), (2016). Global SAFE Implementation Cost Estimates, April 2016.
  8. Tristao, I. and Cali, J. (2014). It Can Be Done: An Integrated Approach for Controlling and Eliminating Neglected Tropical Diseases. Inter-American Development Bank. [en ligne] Disponible au lien suivant : https://publications.iadb.org/handle/11319/6644?locale-attribute=en [Consulté le 22 mars 2016].
  9. Alliance OMS pour GET2020. (2016). Base de données de l’Alliance OMS pour GET2020.
  10. Cromwell, E., Courtright, P., King, J., Rotondo, L., Ngondi, J. and Emerson, P. (2009). The excess burden of trachomatous trichiasis in women: a systematic review and meta-analysis. Transactions of the Royal Society of Tropical Medicine and Hygiene, 103(10), pp.985-992.
  11. Coalition internationale pour la lutte contre le trachome (ICTC). (2016). La fin est en vue : 2020-INSight The global roadmap to elimination | www.trachomacoalition.org. [en ligne] Disponible au lien suivant : http://www.trachomacoalition.org/2020insight [Consulté le 22 mars 2016].
  12. Coalition internationale pour la lutte contre le trachome (ICTC). Global SAFE Implementation Cost Estimates, April 2016.
  13. Frick KD, Hanson CL, Jacobson GA. (2003). Global burden of trachoma and economics of the disease. The American Journal of Tropical Medicine and Hygiene, [en ligne] 69(5 suppl 1), pp.1-10. Disponible au lien suivant : http://www.ajtmh.org/content/69/5_suppl_1/1.long [Consulté le 24 juin 2016].
  14. De Vlas SJ, Stolk WA, le Rutte EA, Hontelez JAC, Bakker R, Blok DJ, et al. Concerted Efforts to Control or Eliminate Neglected Tropical Diseases: How Much Health Will Be Gained? Liang S, editor. PLOS Neglected Tropical Diseases. 2016;10: e0004386.
  15. United Nations, Department of Economic and Social Affairs. (2016). Transforming our world: the 2030 Agenda for Sustainable Development: Sustainable Development Knowledge Platform. [en ligne] Disponible au lien suivant : https://sustainabledevelopment.un.org/post2015/transformingourworld [Consulté le 24 juin 2016].
  16. Alliance OMS pour GET2020. (2016). Base de données de l’Alliance OMS pour GET2020.
  17. The Fred Hollows Foundation, (2015). Restoring vision to empower women. Australia: The Fred Hollows Foundation.
  18. World Health Organization. (2016). World Health Organization Global Health Observatory. [en ligne] Disponible au lien suivant : http://apps.who.int/neglected_diseases/ntddata/trachoma/trachoma.html [Consulté le 24 juin 2016].
  19. World Health Organization. (2016). Validation of Elimination of Trachoma as a Public Health Problem [en ligne] Disponible au lien suivant : http://apps.who.int/iris/bitstream/10665/208901/1/WHO-HTM-NTD-2016.8-eng.pdf?ua=1 [Consulté le 24 juin 2016].
  20. Alliance OMS pour GET2020. (2016). Base de données de l’Alliance OMS pour GET2020.
  21. Alliance OMS pour GET2020. (2016). Base de données de l’Alliance OMS pour GET2020.
  22. World Health Organization (WHO) and UNICEF Joint Monitoring Programme. (2016). Progress on Drinking Water and Sanitation: 2015 Update and MDG Assessment. [en ligne] Disponible au lien suivant : http://www.wssinfo.org/fileadmin/user_upload/resources/JMP-Update-report-2015_English.pdf [Consulté le 22 mars 2016].
  23. WaterAid. (2016). WaterAid - Where we work - Ethiopia. [en ligne] Disponible au lien suivant : http://www.wateraid.org/au/where-we-work/page/ethiopia [Consulté le 22 mars 2016].
  24. Federal Democratic Republic of Ethiopia, Ethiopia Ministry of Health Ethiopia.gov.et. (2016). The Ethiopian Initiative to Clear the TT Backlog: Fast Track to the Elimination of Blinding Trachoma - AWD Update - Ministry of Health. [en ligne] Disponible au lien suivant : http://www.moh.gov.et/en_GB/ebola-update/-/asset_publisher/R1dUfCspGqqN/content/the-ethiopian-initiative-to-clear-the-tt-backlog-fast-track-to-the-elimination-of-blinding-trachoma [Consulté le 24 juin 2016].
  25. Federal Democratic Republic of Ethiopia, Ethiopia Ministry of Health Ethiopia.gov.et. (2016). The Ethiopian Initiative to Clear the TT Backlog: Fast Track to the Elimination of Blinding Trachoma - AWD Update - Ministry of Health. [en ligne] Disponible au lien suivant : http://www.moh.gov.et/en_GB/ebola-update/-/asset_publisher/R1dUfCspGqqN/content/the-ethiopian-initiative-to-clear-the-tt-backlog-fast-track-to-the-elimination-of-blinding-trachoma [Consulté le 24 juin 2016].
  26. Federal Democratic Republic of Ethiopia, Ethiopia Ministry of Health Ethiopia.gov.et. (2016). Mobile - Ethiopian Government Portal. [en ligne] Disponible au lien suivant : http://www.ethiopia.gov.et/web/pages/home [Consulté le 24 juin 2016].
  27. Federal Democratic Republic of Ethiopia, Ethiopia Ministry of Health Ethiopia.gov.et. (2016). Mobile - Ethiopian Government Portal. [en ligne] Disponible au lien suivant : http://www.ethiopia.gov.et/web/pages/home [Consulté le 24 juin 2016].

Crédits photographiques

© Ashley Gilbertson / The Queen Elizabeth Diamond Jubilee Trust. Les photos font partie de l’exposition Time to See organisée par le Fonds fiduciaire du jubilé de diamant de Sa Majesté la reine Elizabeth pour documenter l’impact de la cécité évitable dans tout le Commonwealth, www.timetosee.org.

© Michael Amendolia/The Fred Hollows Foundation

© Sightsavers

© The Fred Hollows Foundation

© CBM

© International Trachoma Initiative

© Orbis

Avertissement
Le présent document a été élaboré et publié par la coalition internationale pour la lutte contre le trachome au nom de l’Alliance OMS pour l’élimination mondiale du trachome d’ici 2020. Il ne s’agit pas d’une publication officielle de l’OMS, et le matériel contenu ne reflète pas nécessairement les décisions, les points de vue ou la politique officielle de l’Organisation mondiale de la Santé.